Faire de l’information le remède

Au rythme des vagues de Grand-Bassam les visages manquent

Bassam: Espace balnéaire face à l'océan Atlantique
0 186

Au rythme des vagues, s’empressent les véhicules en direction de Bassam. Prendre ses repères sur les plages de cette cité balnéaire reste ancré malgré la crise sanitaire du Covid-19 et la barbarie d’hommes armés sur son sable (ré)créateur quelques années auparavant. Historique ville de la diversité et pôle d’attraction touristique, Grand-Bassam attire les visages avec la patience d’une attente de plus de vies réunies près de ses rivages.

Chelsea affiche dans son stade, sur cette plage au quartier France, si peu de monde. Les chaises s’embrassent. Le peu d’admirateurs face au miroir du ciel négocient pour payer uniquement la consommation malgré les hamacs ensoleillés. Le pouvoir d’achat baisse et un autre stress ralentit la mobilité au-delà des océans et frontières; la Covid-19.

Le gérant de Chelsea a pourtant choisi l’appellation de son espace – essentiellement constitué de matériaux naturels – pour profiter de la célébrité internationale de la star Didier Drogba originaire de la Côte d’Ivoire.

Dans l’immédiat, les célébrations de l’Aïd-el-fitr et de la Pentecôte redonnent espoir à ces opérateurs économiques du secteur touristique. Avant la crise, ce maillon économique représentait 7,3% du PIB et a mobilisé de nombreux investissements dans le cadre du projet national Sublime Côte d’Ivoire. Les fonds prévus pour la relance du secteur suscitent très peu d’enthousiasme faute de réalisme et d’accessibilité.

Outre, pour ce serveur, « le racket des forces de l’ordre diminue les finances des visiteurs qui viennent sur les plages de Bassam ». Ce qui est d’ailleurs vérifié et fréquent en cette période d’exigences sanitaires pour faire barrière à la Covid-19.

Selon les autorités communales locales, les pertes mensuelles s’estiment à au moins 400 millions de francs CFA depuis le déclenchement de cette pandémie du Covid-19. Néanmoins, les traces de pas sur les plages de Grand-Bassam recommencent à s’allier au passage cicatrisant des vagues.

Toutefois, la zone d’Abidjan sud et le Ghana limitrophe enregistrent des pics de contaminations de Covid-19. 44 décès et 9638 cas sont confirmés dans ce pays voisin et à l’échelle nationale en Côte d’Ivoire, 3739 cas détectés et 36 décès s’enregistrent.

L’allègement des dispositions pour limiter la propagation de la Covid-19 conforte de nombreux citoyens convaincus de l’inexistence de cette pandémie. Il s’en suit dans ce bain de soulagement, plus de relâchements. La mairie de Grand-Bassam garantit la formation de 500 bénévoles pour étendre la sensibilisation sanitaire contre la Covid-19. Ces derniers sont certainement loin des vagues populaires. Et pourtant, les plages dans plusieurs pays se réadaptent et s’embellissent pour refaire peau neuve en réduisant les risques de contaminations par le respect des consignes sanitaires.

A lire aussi

L'essentiel

Appréciations

En bref