Faire de l’information le remède

Gamou 2019 : Une fillette de deux ans meurt écrasée sur la chaussée

Sauvons les enfants et la résilience sociale
0 134

La célébration du Gamou décuple le flux de véhicules sur les routes, dans les villes d’Afrique, singulièrement au Sénégal, avec les préparatifs de pèlerinages. Une fillette de deux finit sa vie écrasée sur la chaussée par un camion.

A l’entame de ce Gamou 2019, le bal macabre des accidents de la circulation s’ouvre ainsi avec en autres, avec le décès de cet enfant au quartier Jaalo de Tivavouane dans la région de Thiès au Sénégal.

La célébration du Maouloud ou Gamou suscite dans cette localité d’intenses mouvements routiers et une effervescence globale chez les populations.

Prévu dans la nuit du 9 au 10 novembre, les préparatifs et le déroulement de ce moment de recueillement emportent à nouveau de nombreuses vies humaines fautes de prudence, de patience et de charité bien souvent.

Le transport terrestre occasionne au moins 600 morts par an au Sénégal, les causes principales demeurent les facteurs humains. A cet effet, l’équipe des Sapeurs-pompiers a vu ses capacités renforcées dans le cadre d’un plan décennal pour une réduction d’au moins 35% des pertes sur les routes.

La formation des transporteurs urge, au niveau continental, dans les sous-régions et pays, un engagement mutualisé pour la sécurité et la fluidité routière peut sauver de nombreuses vies et accompagner la résilience sociale.

Cette confidence d’un transporteur en Côte d’Ivoire devant l’ampleur du fléau des accidents de la route en dit long sur l’analphabétisme et la qualité du permis de conduire. « Les ivoiriens ont plus peur de la pluie que d’une voiture », s’exclame-t-il pour dédouaner sa corporation.

46 blessés ont été déjà enregistrés à l’entame de cette édition 2019 du Maouloud au Sénégal. 3000 mille enfants sont blessés ou tués par les routes en allant à l’école, sur cette planète avec des intelligences augmentées. Les pays africains sont fortement affectés et le dynamisme de sa jeunesse (77% de la population) non plus. Car, les accidents de la circulation sont la première cause de mortalité entre 5 et 29 ans. L’âge moyen en Afrique est de 19ans.

 

A lire aussi

L'essentiel

Appréciations

En bref