Faire de l’information le remède

Amitié vivante et ressourcement

0 551

En fonction dans la Côte d’Ivoire montagneuse, ce cadre d’une banque reçoit la visite de son intime ami William. Duékoué, la localité qui accueille les deux amis, est une contrée traversée par des conflits communautaires et politiques qui ralentissent son développement. C’est pourtant une zone favorable au développement du tourisme interne et elle attire des passionnés de découvertes au-delà de la Côte d’Ivoire. Surtout que, les cascades de Man se situent à moins de deux heures de route. William en profite pour passer des congés plein de ressourcement.

« Histoire de me ressourcer et réfléchir aux perspectives de l’année qui commence », comme il le confie, ce citoyen passionné de découverte choisit l’ouest de la Côte d’Ivoire. Deux localités remplies de symboles vivifiants pour William.

En effet, une partie de son enfance et de son adolescence tirent leur source dans la région de l’ouest. « J’ai décidé de passer dans mon ancienne école », raconte William plongé dans la vitalité de ses années collège. C’est à Man qu’il effectue les classes du collège entre 1995 et 1999.
La fin de son premier cycle, marque l’année du coup d’État en Côte d’Ivoire, soldé par l’avènement des militaires au pouvoir, et d’une guerre militaro-politique trois ans plus tard. Depuis, l’ouest est déchirée par des conflits communautaires et politiques qui nuisent aux ressources naturelles de cette région aux similarités helvétiques.
D’ailleurs, ce lundi 01 février, une autre tension éclate à Duekoué, après le décès d’un enseignant, heurté par un transporteur. Les élèves arrêtent les cours et prennent la rue, pour manifester leur mécontentement. Il suffit d’une étincelle pour que des affrontements (ré)surgissent. Récemment, une bagarre entre jeunes a conduit à la mort et aux destructions d’habitations. Des saisies d’armes, les affrontements dozo et autochtones, les pressions sur le parc Péko demeurent des points défis, en plus de la précarité sociale. A 88 kilomètres, la ville de Man regorge autant de ressources à valoriser et de risques de violences à résorber.

Les saveurs des cascades l’attirent

Il y a vingt ans, chaque mercredi après les cours, William et ses amis se retrouvent dans l’écosystème revigorant des cascades de Man. Ils inspirent certainement des forces pour poursuivre la semaine en aérant le cerveau. Autant d’années après, aujourd’hui en fonction à Abidjan, mégapole exposée aux pollutions multiformes, William se replonge sur les marches des cascades. Il se laisse transporter par l’eau qui jaillit. « J’ai revisité notre site de villégiature privilégié et mythique les cascades de Man où on partait chaque mercredi après les cours », rapporte-t-il, avec tant d’exaltation et de plaisir divin.

La région du Tonkpi – montagne de 1189m – a pour chef lieu la ville de Man. Le parc du Mont Sangbé et les mines de fer complémentent l’économie nationale. Le repeuplement des aires protégées revient parmi les priorités de l’Office ivoirien de la protection des parcs et réserves (OIPR).

William va parcourir ce relief des altitudes de l’ouest de la Côte d’Ivoire. Avant d’arriver à Man, ces instants d’amitiés de plus de vingt ans ne peuvent être omis. La localité de Duékoué a besoin d’amitié et d’humanité. « On a au moins plus de 20ans d’amitié. Il était également mon voisin de chambre à l’Université, on a partagé tout ensemble. Après, il a été mon best man », relève William, au cours des randonnées avec son tuteur. Les villes de Duekoué et Man peuvent accueillir une pléthore de rapprochements humains et d’amitiés, jamais détruits par les divergences politiques. C’est aussi une intense énergie positive citoyenne pour les villes éprouvées par les crises. La paix tire ses sources dans le cœur des hommes, tel que sensibilise l’UNESCO; la paix se trouve alors dans le souffle écologique des villes.

Ce voyage de William cité comme exemple de développement économique durable et de paix entre les hommes n’est pas le premier pour lui. « J’ai toujours pris mes congés en début d’année. Je fais le choix à chaque fois d’aller en pays profond. L’année dernière c’était San pedro et Grand bereby. Cette année, j’ai choisi de venir à ouest Duékoué et Man », voici l’invitation de William aux habitants de la Côte d’Ivoire et aux passionnés du vivant.

Afriquepacifique.net, se tient à l’écoute de vos voyages, rencontres et découvertes naturelles. Nous avons hâte de vous lire et d’écrire sur la beauté des rapprochements vivants entre peuples et avec la nature, notre abri commun.

A lire aussi

L'essentiel

Appréciations

En bref