Afrique Pacifique

France Présidentielle : le Manifeste pour les droits humains

 France Présidentielle : le Manifeste pour les droits humains

Dans l’effervescence des campagnes et propagandes pour obtenir la majorité des voix et accéder à la fonction de chef de l’État, la Présidente de Amnesty international France présente le Manifeste pour les droits humains aux candidats à l’élection présidentielle de ce pays précité.

Pour diriger la France, État fondé sur les principes de la démocratie, chaque candidat cohérent doit épouser la promotion des droits humains. En ce sens, Amnesty International leur facilite la tâche en élaborant un Manifeste pour les droits humains.

Ce mercredi 16 mars, dans les salons du Pavillon Ledoyen à Paris, Amnesty international France diffuse à des parlementaires, des ambassadeurs et des chefs d’entreprises, le Manifeste pour les droits humains. Cette initiative entend sensibiliser les candidat.e.s à l’élection présidentielle 2022. En effet, le douzième scrutin présidentiel de la Vᵉ République et onzième au suffrage universel direct se tient ce dimanche 10 avril 2022. La France sort d’une grave crise sanitaire et se confronte à l’échelle nationale comme internationale aux problématiques climatiques, en plus des défis de respectabilité mutuelle.

Par ailleurs, quelques jours avant la présentation de ce Manifeste pour les droits humains, Amnesty International de Chartres a participé ce 12 mars à une marche pour promouvoir la Justice Climatique.

Les droits civils et politiques sont subséquents aux droits économiques, sociaux et culturels. Tous, constituent des interactions au sein d’un environnement source de bien-être, de santé et de paix globale. C’est pourquoi, la justice climatique devient une priorité dans les actions d’Amnesty International.

Afin d’éviter le naufrage aux pays et à la vie humaine, l’oreille d’or du dernier rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) préconise une justice climatique fondée sur les directives :

DISTRIBUTIVE : chacun doit prendre sa part du fardeau et chacun doit prendre sa part dans les actions à mener
PROCÉDURALE : chacun doit pouvoir être associé et participé aux décisions sur les actions à mener qui doivent être équitable
RESPECTUEUSE : chaque peuple, qu’elle que soit sa culture, doit être reconnue, notamment les peuples indigènes, tant pour sa survie que pour le respect de ses pratiques ancestrales en faveur de la biodiversité.

 

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[an error occurred while processing this directive]
P