Afrique Pacifique

Le parti vert déplore plus de 20 000 mille transports aériens « absurdes »

 Le parti vert déplore plus de 20 000 mille transports aériens « absurdes »
Confrontée à une cinquième vague du variant Omicron, la Belgique craint 10 000 cas de Covid-19 d’ici fin janvier. Dans le secteur du transport aérien, au plan écologique et économique, consomment des carburants et du kérosène et polluent l’atmosphère sans passagers à bord des avions.
 
 
« Ce n’est pas moins de 18.000 vols pour Lufthansa et 3.000 pour Brussels Airlines qui seraient prévus rien que pour cet hiver. Ces compagnies sont « obligées » de réaliser des vols à vide afin de conserver leurs créneaux de décollage et d’atterrissage d’une année à l’autre, en application de règles européennes…
Cette situation représente :
Un non-sens environnemental, avec de fortes émissions de CO₂
Un non-sens social, par une concurrence déloyale par rapport aux compagnies low-cost utilisant des aéroports non soumis à cette législation
Un non-sens économique, avec un gaspillage d’argent pour des compagnies parfois déjà en difficulté « , dénonce le parti Écolo. La réaction de ministre belge de la mobilité corrobore le fait que « cela n’a pas de sens ».
 
 
« J’ai écrit à la Commission européenne pour assouplir les règles au moins pendant le temps du Covid et accepter que les compagnies ne volent pas pour rien pour conserver leurs droits d’atterrir et de décoller dans les aéroports principaux par que cela n’a pas de sens », rassure Georges Gilkinet.  » C’est une aberration environnementale, économique et sociale », insiste-t-il.
 

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[an error occurred while processing this directive]
P