Afrique Pacifique

« Lettre à mon futur mari »

 « Lettre à mon futur mari »

Autant de multiples systèmes de messageries rapprochent les communautés et contribuent à l’expression de la pensée, il y a quelques années, avant l’amorce de l’effervescence numérique du 21e siècle, une lettre physique activait l’expression et la chaleur humaine. Transmise à un proche, par la poste ou à une compagnie de transport. Plusieurs femmes parlaient ainsi aux futurs époux, armées de patience. En 2022, elle lui parle encore, mais différemment. Suivez !

« Cher futur mari, c’est vrai que je ne te connais pas encore, j’aimerai donc que tu saches que je suis une fille qui aime beaucoup la nourriture, l’entretien, mais aussi la construction du foyer et je suis très amoureuse donc attention. ». Sans oublier la finale adorée par tous : « Je t’aime ».

A l’heure, où nous diffusons ce texte, les messages reçus par les futurs époux pleuvent comme une tornade qui rafale la terre sous la douche des nues. Le nombre de messages réceptionnés par chaque amoureux et prétendant au mariage tient dans plus de sept milliards de bateaux d’amour. Que faut-il faire pour ne pas que ce bateau chavire mais arrive à bon port avec des trésors ? Il y a tellement de formes de lettres et de contenus désormais, avec des possibilités d’envois à plusieurs destinataires simultanément. L’on peut même changer de destinataire en moins d’une minute et penser multiplier les chances d’avoir un époux. Tout ça, pour trouver le prince charmant.

Quel « beau gosse » célibataire se tient prêt pour me dire « qu’il veut m’acheter le tissu du 8 mars », s’interroge la future fiancée, à quelques jours de la célébration internationale de la journée de la femme. Outre, dorénavant, les lettres s’enchaînent secondes après secondes, avec les sens de l’humain, très souvent. Voici le mariage digital.

A lire aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

[an error occurred while processing this directive]
P